Marie, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Marie, j’ai 29 ans, je travaille chez Alpilles Bio depuis environ un an. Cela correspond avec le départ de Magali, j’ai donc récupéré la responsabilité de son rayon cosmétiques et j’aide également Anne-Laure sur la communication du magasin, un secteur que je trouve très riche et motivant.

 

Quel est ton parcours ? Où as-tu travaillé avant ?

J’ai un parcours un peu atypique puisque j’ai fait la majorité de mes études en France mais j’ai passé un certain temps à l’étranger. J’ai fait une année scolaire aux U.S.A., un Erasmus en Russie, et une année d’assistante de professeur de français (CIEP) en Autriche. En France, j’ai passé une licence LEA – langues étrangères appliquées anglais allemand, spécialité commerce à Avignon ; puis un master Recherche en civilisations étrangères à l’Institut du Monde Anglophone de la Sorbonne Nouvelle. Ensuite, j’ai décidé de travailler avec mon père qui montait sa propre société, dans la restauration des livres anciens.

A côté de ça, pour mon faire 3 sous, j’ai travaillé dans plusieurs restaurants de la région, des magasins, etc. Après mon bac, j’ai travaillé pendant un an à la BNP Paribas, mais le côté bureau et finances ne m’ont pas séduite. Ensuite, je suis partie dans 2 lycées en Autriche donner des cours de conversation en français et comme j’avais beaucoup de temps libre, j’ai aussi pu traduire un livre de l’allemand vers le français intitulé La pierre de la vie (Der Stein des Lebens) des Dr Ilse Triebnig et Ingomar W. Schwelz, sur le complément alimentaire la zéolithe-clinoptilolite – que nous avons en magasin – qui est une roche volcanique qui aide à éliminer les toxines de l’organisme.

 

Peux-tu expliquer ton travail et tes principales missions ?

La partie rayon cosmétiques est clairement définie : je dois fournir une continuité dans l’offre de produits afin de satisfaire nos clientes « coutumières », tout en cherchant les innovations disponibles sur le marché susceptibles d’en séduire de nouvelles. Le plus compliqué est sans aucun doute de trouver les produits les plus naturels et bio possibles, avec le moins d’emballages et dans le secteur le plus restreint. Tout ceci, à des prix accessibles, bien sûr. Lorsque de tels produits existent, je fais mon possible pour les proposer à notre clientèle de façon progressive. Le but n’étant pas de bouleverser leurs habitudes, mais de mettre en avant les petits producteurs locaux engagés.

La partie communication demande plus d’initiative et de créativité. Il s’agit ici d’harmoniser et de dynamiser les informations que les différents rayons souhaitent mettre en avant et transmettre aux clients. De fait, il s’agit surtout de petits projets qui participent, du moins je l’espère, à la cohérence de l’ensemble du magasin, c’est-à-dire à la transparence des informations, à son atmosphère familiale et chaleureuse, à la diversité des évènements qui y ont lieu, ainsi qu’à sa recherche constante d’économie d’énergie. Alpilles Bio n’est pas un magasin comme tous les autres, et il faut que cela se sache.

 

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ?

Le plus motivant dans mon travail est sans doute le fait que chaque jour est différent. Les rencontres avec les clients sont variées, les taches ne se ressemblent pas, l’équipe est dynamique et inventive… Bref, le manque de routine est pour moi, l’aspect le plus plaisant.

 

 Est-ce que personnellement tu consommes des produits bio ? Est-ce que tu utilises des cosmétiques bio ?

Bien entendu, et ce depuis des années. J’ai commencé à être « que bio » lorsque je suis partie en Autriche. C’était très facile là-bas puisque l’offre est beaucoup plus importante qu’ici, que c’est plus abordable et que c’est rentré dans les mentalités depuis longtemps. Chose qui débute à peine en France il me semble. Je pense que le plus difficile est de casser les préjugés négatifs de la consommation bio (c.à.d. que c’est trop cher et qu’on ne peut jamais être sûrs de la qualité des produits) pour que les plus jeunes grandissent avec une habitude du bio autour d’eux et reçoivent les principes que cela implique : respect de la nature, des autres, de soi, etc.

 

Que penses-tu du zéro déchet ?

Selon moi cela va de pair avec le bio dans cette volonté de préserver la nature. Un rayon vrac liquide va bientôt voir le jour au magasin et Coralie en sera responsable. Il va sans dire que nous allons travailler ensemble pour harmoniser nos offres respectives toujours dans le but de proposer un large choix à nos clients. Je suis personnellement impatiente de voir ce nouveau rayon en place et de découvrir ces nouveaux produits, qui seront pour la partie cosmétiques, en majorité labellisés Nature et Progrès !